À propos de

«  Écoute, tout ça c’est du cinéma et je ne veux pas crever l’écran, non, je veux l’élargir…Qu’il soit suffisamment grand pour que tu y sois aussi ! »

Derrière les moustaches et les chaussures bien cirées, Monsieur, poète malicieux et décalé, chante l’amour et ses inconstances . Ses chansons, portées par le swing coloré et rutilant de « Tout un Orchestre », se dégustent comme un bon vieux Darjeeling de derrière les fagots.

Son style ? Le Vieux-Orléans ! Une sorte de B.O pour une vedette américaine qui jouerait dans un western spaghetti ou un polar français des années 70.

Sur ce premier album « Homme demain », enregistré à la Grange d’Erquery, les onze titres invitent à la saltation, la griserie charnelle, la cabriole, perché sur un arbre ou le pied sur l’accélérateur de la guimbarde à papa. La conduite est alors tour à tour souple et nerveuse, électrique et organique. Sur une pétulante portée musicale , les mots sortis du tiroir de l’auteur Thierry Ferrer jouent un peu des hanches et parfois des biceps. Tout n’est bien sûr que fantasme, second degré et foucade.

Créé par l’auteur-compositeur-interprète et comédien Sébastien Dufour, le personnage de Monsieur affiche en même temps qu’une certaine retenue, un panache prêt à exploser. Bien posé sur la rythmique de Julien Paris et Julien Varin, jouant respectivement dans les fanfares Big Funk Brass et No Water Please, ses envolées sont carminées par la guitare Rock’N’Roll et swing de Fabien Lippens, des Swinging Dice.

On retrouve même ce trait caractéristique dans les trois reprises de Roger Riffard, présentes sur l’album. Ce dernier, auteur-compositeur-interprète méconnu ouvrait la scène pour Georges Brassens, à la fin des années 50. En fidèle ami du chanteur à la pipe, il est décédé deux heures avant celui-ci.

Ce destin exceptionnel d’un homme ordinaire, c’est aussi cela dont parlent les chansons de Monsieur et Tout un Orchestre, dont les quarante deux minutes de l’album renferment la facétie, la prosodie…et la fougue !

« Homme demain » est un premier disque, mais pas celui d’un jeune premier. En apparence on pourrait penser qu’il soit celui d’un premier de la classe, bien propre sur lui. Mais très vite, on perçoit le fripon qui se cache derrière le beau costume de Monsieur.

Qu’il présente l’amoureux éconduit de « La cigale et le tzigane » ou la « Vedette » en perpétuel devenir, ses chansons sont comme des fables moquant souvent la fatuité ou l’excès de testostérone. Par ailleurs, il a l’élégance d’inviter Deborah Weber à chanter sur « Timoléon le jardinier », de Roger Riffard.

Sébastien Dufour a nourri et élevé son personnage Monsieur au théâtre de rue et au grain de folie du clown.

Musique en bandoulière, voici Monsieur et Tout un Orchestre qui castagnette l’été, l’hiver trompette et fanfare toute l’année…une saison, une fête !

 

Voix, banjolélé, trompette et compositions  : Monsieur Sébastien Dufour (artiste sélectionné pour le dispositif SACEM « Fabriques à Chansons » 2017 et 2019)

Guitares, choeurs  : Monsieur Fabien Lippens

Batterie, choeurs: Monsieur Julien Paris

Soubassophone, choeurs: Monsieur Julien Varin

Textes: Monsieur Thierry Ferrer